SECTEUR AGROALIMENTAIRE : 7 POINTS À SURVEILLER AVANT D’EXPORTER SUR DE NOUVEAUX MARCHÉS - MercadOr /* Script to popular the partner site name. Place this script after the library codes. */

SECTEUR AGROALIMENTAIRE : 7 POINTS À SURVEILLER AVANT D’EXPORTER SUR DE NOUVEAUX MARCHÉS

 In Mercad'Or

Lorsqu’on se prépare à la commercialisation de nos produits agroalimentaires sur de nouveaux marchés extérieurs, les défis à relever peuvent être très complexes. Quelles sont les caractéristiques qui différencient le secteur agroalimentaire en comparaison avec secteur manufacturier et, surtout, quels sont les principaux enjeux liés à l’exportation de produits alimentaires?

 

Primordiale : la préparation

La préparation d’une stratégie à l’exportation et la validation des étapes nécessaires à accomplir avant de vous lancer sur les marchés d’exportation peuvent vous éviter des surprises et vous éviter des pertes de temps et d’énergie. Puisque chaque pays impose ses propres règles, on doit étudier méthodiquement chaque marché avant d’entreprendre ses démarches de commercialisation.

 

Voici un survol des 7 sujets les plus importants à examiner avant d’entreprendre un projet d’exportation de produits alimentaires :

 

1. Certifications et règlementation

Codes du système harmonisé (SH), règles d’origines, certificat d’origine ou sanitaire, déclaration d’exportation, programme de gestion de qualité : ce sont tous des termes qui devraient vous être familiers lorsque vous devenez exportateurs de produits agroalimentaires.

Quelles sont les exigences à respecter pour exporter vos produits? Par où commencer? Avant d’entamer des démarches d’exportation, vous devez vous informer et vous conformer aux normes et aux règlementations établies qui varieront selon le produit à exporter et le marché que vous visez.

[Une formation CQI sur le système harmonisé est disponible pour les entreprises. Détails > ]

 

2. Marquage et étiquetage

Au niveau du marquage et des étiquettes, il est obligatoire de se conformer aux exigences règlementaires. Celles-ci diffèrent d’un pays à l’autre – cela inclut notamment les spécifications sur la taille des étiquettes, la langue utilisée, les renseignements à afficher et les exigences à respecter en ce qui concerne les tableaux des valeurs nutritives. Les conséquences d’une non-conformité peuvent entraîner des pénalités importantes pour l’entreprise!

 

3. Conformité douanière et dédouanement

La documentation de douanes peut être assez complexe, et encore plus lorsqu’il s’agit d’exporter des produits alimentaires. Les exportateurs doivent se conformer à la réglementation en termes de conformité douanière exigée dans le pays d’exportation.

Le courtier en douane est un allié essentiel et un facilitateur du processus, mais il faut savoir qu’ultimement, votre entreprise est légalement responsable du dédouanement lors d’exportation de marchandises. Il est important de choisir un courtier ou un transitaire avec qui on se sent confortable de travailler en équipe.

[Deux formations peuvent vous préparer à exporter sur deux des plus grands marchés d’exportation du secteur agroalimentaire canadien : les États-Unis et l’Union européenne ]

  

4. Logistique de transport

La maîtrise de votre chaîne de logistique de transport est essentielle à votre réussite. Votre produit nécessite-t-il un transport à température contrôlée, par palette ou par conteneur?

Votre organisation logistique dépendra grandement de la nature de vos produits. Les coûts du transport peuvent avoir un impact important sur votre prix de vente. Prenez le temps de bien choisir des partenaires de confiance qui peuvent vous soutenir dans cette démarche.

[Si vous souhaitez en apprendre davantage, une formation de notre expert portant sur le calcul du prix à l’export est disponible.]

 

5. Accords de libre-échange

Pour avoir le droit à l’exemption de tarifs douaniers, des documents spécifiques sont requis dans le cas de pays ayant des accords de libre-échange en place. Informez-vous sur les exigences pour éviter des surprises!

 

6. Les contrats de vente et Incoterms

Les Incoterms définissent à quel moment la marchandise passe de la charge du vendeur à celle de l’acheteur. Assurez-vous de négocier le bon terme avec votre client et de l’indiquer sur tous vos documents d’exportation.

Prenez contact avec des professionnels qui pourront vous conseiller sur les aspects juridiques et qui pourront réviser vos contrats de vente.

[De nouveaux Incoterms sont en vigueur depuis 2020!  Voyez l’article de notre conseiller principal en transport international et conformité douanière à ce sujet]

 

7. Gestion du risque, taux de change et assurances

L’ouverture d’un compte bancaire en devises américaines (USD) est-il nécessaire? Avez-vous besoin d’un contrat de change pour vous protéger des fluctuations de marchés? Devriez-vous considérer de prendre une assurance-crédit ou une lettre de crédit pour protéger vos comptes recevables?

Êtes-vous prêts à gérer les termes de ventes négociés avec votre client et le niveau de risque qu’ils impliquent? Connaissez-vous bien les aspects fiscaux liés à l’exportation de vos produits? Prenez le temps de bien choisir vos clients et de négocier les bons termes qui répondent à vos capacités. Consultez les ressources et les produits qui s’offrent à vous en termes de protection et de gestion des liquidités.

Parlez à votre institution bancaire pour discuter de solutions qui s’offre à vous au niveau de la gestion de risque.

[CQI a des ententes avec des partenaires spécialisés en droit international et en fiscalité. N’hésitez pas à demander conseil!]

 

Bonus : Évitez les pièges en bâtissant un réseau de professionnels

En effet, évitez de vous lancer dans un projet d’exportation sans faire vos devoirs. Assurez-vous de bien vous renseigner et de vous entourer d’alliés qui vous appuieront dans votre projet d’exportation.

L’équipe de Carrefour Québec international peut soutenir vos efforts et vous accompagner dans votre processus d’exportation de produits agroalimentaires. Nos spécialistes sont disponibles pour vous écouter et comprendre votre situation particulière. Ils peuvent vous aider à structurer et à mettre en place votre stratégie d’exportation. De plus, grâce à un large réseau de partenaires, CQI peut vous référer au bon endroit et vous soutenir tout au long de votre démarche d’expansion sur des marchés hors Québec et à l’international.

 

Par Rachel Tardif, directrice à l’exportation, spécialiste en agroalimentaire
Carrefour Québec international (CQI)

© 2021 Carrefour Québec international. Tous droits réservés.

Recent Posts